Guilde ALLIANCE - Serveur Les clairvoyants/Confrérie du Thorium/Les Sentinelles
 
RechercherAccueilFAQ1MembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le rassemblement - Première partie -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rekk
Grand Sage



Messages : 586
Date d'inscription : 17/07/2012
Age : 36
Localisation : Porte des vents orientaux
Humeur : Si tu sens le vent tourner, barre-toi... Je suis derrière!

MessageSujet: Le rassemblement - Première partie -   Mar 30 Aoû - 0:00

Le soleil commençait à poindre à l’horizon. Les couleurs rougeoyantes du ciel de Pandarie n’auguraient rien qui vaille au Chroniqueur Rekk ZéphyrSerein. Habituellement, il prenait plaisir à contempler la disparition de l’astre du jour, s’émerveillant sans cesse des variations chromatiques que cela engendrait sur les paysages de sa belle contrée. Mais, en ce soir d’Août, sa poésie de pandaren épicurien avait un goût amer, et un silence sépulcral recouvrait de son voile la si vivante foret de Jade. Il savait que les forces sombres de la Légion n’allaient pas se contenter de quelques émissaires sur Azeroth. Les auspices funestes devenaient fébriles au sein des capitales de l’Alliance, et nombre de citoyens pacifiques devaient prendre les armes depuis plusieurs semaines pour repousser des créatures de plus en plus hargneuses et maléfiques.

**************

Quelques heures auparavant, alors qu’il était en train d’installer sa dernière trouvaille archéologique au siège de la connaissance, dans le Val, son ami et mentor, Cho, était venu lui formuler une requête importante.

D’après ses dires, l’assaut sur les îles brisées était imminent, et les héros de l’Alliance embarquaient à ce moment précis sur les bateaux de guerre afin de s’y rendre. Plus encore, le conseil des Six, mené par Khadgar, allait téléporter Dalaran, la cité magique, au-dessus de l’archipel. Cho et lui en avait parlé de nombreuses fois, derrière la Légion se cachait quelque chose de plus insidieux, et s’il fallait que les héros s’emparent des piliers de la Création, d’autres devaient agir afin de pouvoir résister à ce qui se terre dans l’ombre.

Nul doute, en effet, pensait Cho, que les héros de l’Alliance et de la Horde, réussissent à canaliser la Légion, même si les pertes risquaient d’être énormes. Mais action bien vaine, les pandarens le savaient bien, compte tenu de l’essence même des démons : ces derniers ne pouvaient être vaincus sur un sol autre que le leur, ou bien dans le Néant Distordu. Et les humains des Royaumes de l’Est l’avaient appris à leurs dépens, en y laissant la vie de leur Roi et de beaucoup de leurs concitoyens.

« Je ne t’apprends rien, mon bon ami, avait dit le Chroniqueur à son disciple, que la Croisade d’argent à également perdu le porteur de Porte-Cendres, Tirion, et que la Horde a vu Vol’jin disparaître, ainsi que Go’el être mis hors d’état de se battre… Sylvanas a repris la tête de la Horde, et c’est le fils de Varian qui mène l’Alliance. Nul doute que ce n’est pas pour le moment un véritable avantage….
Rekk était resté silencieux.
« Tu dois, avec tes veilleurs, prendre la mesure du problème. Tu dois même songer à t’allier avec le chasseur de démons qui va se manifester, avait précisé Cho. Pendant que les humains cherchent les piliers, tu dois choisir un partenaire pour vous aventurer dans les terres d’Azsuna, et trouver le moyen d’entrer dans la cité du dessous. Nya’lotha. »
« Chromie m’a également appris que tu devais te rapprocher d’une femme paladin, Exiona, qui officie au sein de la croisade d’argent. Elle est l’une des clés de votre succès. »
« Enfin, vous vous devez de rester discrets, relevez toutes les informations que vous pourrez, note les précieusement, conserve les reliques merveilleuses que Suramar renferme. Je suis sûr que vous trouverez le moyen de vaincre les démons qui vous barreront la route. Je tacherai de vous rejoindre le plus rapidement possible, mais la Pandarie est menacée aussi… Les Shas se réveillent. »



Les Shas, ces abominations…. Les poils de Rekk se hérissèrent en repensant à la phrase de son professeur. Même si le cœur d’Y’shaarj avait été détruit, les volutes venimeuses du dieu noir étaient toujours présentes dans le val, et dans les terres Pandarènes. Les Mantides avaient repris leur effervescence habituelle. Le chaman prit une profonde inspiration. Tout se précipitait. Il devait rassembler les veilleurs, éparpillés, certains partis en Draenor, d’autres ayant posé les armes. Il le fallait….

******************************************

La pluie battante de la côte Gilnéene le trempait jusqu’à l’os, malgré son épaisse toison monochrome. Cela faisait plusieurs heures qu’il longeait la cote sur sa magnifique grue de monte, et pourtant il ne voyait toujours pas le manoir des Pierce. Mais quelle idée, songeait-il , d’habiter un coin aussi reculé et inhospitalier. Les humains sont vraiment des êtres étranges.
Enfin, après une bonne heure de course, se découpa une silhouette sombre sur les coteaux escarpés. Le ciel de plomb donnait à la scène un air irréel de peinture à l’aquarelle. Des corbeaux hostiles croassèrent au passage de Rekk. La bâtisse était monumentale, même si on était loin du gigantisme des constructions royales. Trois tours ornaient le bâtiment principal, et un retour sur la droite indiquait qu’il y en avait encore derrière la partie principale. Du lierre grimpait paresseusement sur les murs orientés au sud, et de nombreuses fissures attestaient du temps qui passe malgré les efforts visibles des propriétaires pour garder la splendeur du manoir.
Rekk sauta à terre, et attacha sa grue au portail de fer forgé, surplombé de gargouilles grimaçantes. Ses yeux se plissaient sous l’effort de distinguer à plus de dix mètres, tant les cordes qui tombaient du ciel étaient denses. Il s’avança dans l’allée centrale afin d’atteindre le porche ruisselant. Il s’ébroua, et retira sa pèlerine emplie d’eau. D’un geste leste, il frappa deux coups brefs, et un long, code depuis longtemps échangé avec celle qui venait voir en premier. Un majordome grisonnant et peu avenant lui ouvrit la grande porte en chêne scultpé (joliment d’ailleurs, se dit le Chroniqueur).

- Oui ? demanda l’homme, d’une voix aigrelette, en le toisant de haut en bas, Puis-je vous aider, hum, « monsieur » ?
Visiblement il n’avait jamais vu de Pandaren autrement qu’en dessin ou en peinture.
- Je suis venu voir Mademoiselle Kalishra Pierce. C’est bien ici qu’elle habite ?
- Je ne suis pas certain qu’elle accepte de la visite, vous savez, rétorqua le majordome. Mais, attendez ici…. S’il vous plaît… monsieur.
Et il claqua la porte violemment au nez du pauvre Rekk, qui commençait à avoir la truffe froide et humide. Au bout de quelques minutes, qui parurent interminables aux yeux du pandaren, il entendit des éclats de voix.
- Voyons, espèce d’abruti fini, tempêtait une voix féminine scandalisée, qui malgré la situation, gardait une froideur infinie dans le ton, Vous ne lui avez MEME PAS demandé son nom ? Un PANDAREN, Isidore ! un PANDAREN, ça court les rues ici, en Lordaeron, je veux dire ! Mais quel imbécile !


La porte s’ouvrit à la volée, et une femme, aussi belle que sa splendide robe en tisse-ombre apparut sur le seuil. Elle avait le regard vif, les traits ciselés et tout en elle rappelait un félin prêt à bondir.

- Rekk, dit-elle en arborant un grand sourire, toujours froid, cela fait un moment… Laisse-moi me souvenir…. Ah oui ! Chez les grands bleus, près de l’Exodar , si je ne me trompe pas, évidemment.
Le chaman sourit.
- C’est exact, Kalishra, répondit-il de sa voix profonde. Et tu te doutes bien que je ne me suis pas déplacé pour rien.
- Je m’attendais à te voir. Les démons communiquent, figure-toi, ajouta-t-elle, cinglante.
- Pourrions-nous, reprit le chaman en fixant avec insistance le majordome, figé dans l’ombre de la demoiselle, nous entretenir en tête à tête ? Enfin, ce n’est pas que j’ai froid… mais ton pays est, pour le moins…
- Assez jacassé, coupa-t-elle. Isidore, allez donc préparer un thé. Vous ne faites donc jamais rien à votre initiative ?
- Bien madame.
- Mademoiselle ! le corrigea-t-elle, tranchante. Puis, reprenant son sourire sournois : Entre Rekk. Je t’en prie. Et elle s’écarta, en l’invitant à entrer.

Ses humeurs étaient aussi versatiles que la météo pensa Rekk. Il la suivit sans mot dire cependant. Ils traversèrent un corridor aux tentures pourpres et violines, puis descendirent un escalier de pierre en colimaçon. Les marches étaient hautes et inégales, sans compter le plafond bas et irrégulier, qui forçaient le pandaren à marcher courbé et en contrôle permanent de ses mouvements s’il ne voulait pas se cogner sévèrement. Ils arrivèrent dans une grande salle circulaire, a priori établie dans une cave voutée, emplie de livres et d’instruments sordides qui n’inspiraient que des émotions négatives. Rekk était sensible, comme tous ceux de sa race, aux émotions, surtout depuis la résurgence des shas. Lui-même était potentiellement un créateur d’abomination. Il secoua la tête pour reprendre ses esprits. Kalishra s’installa sur un joli tabouret en velours, jouxtant un petit guéridon en bois rougeâtre.

- Alors, je suppose que l’on va devoir réunir les veilleurs ? demanda-t-elle, sans préambule.
- C’est exact, fit Rekk, surpris. Il haussa un sourcil. Comment le sais-tu ?
- Hé bien…. Elle poussa un profond soupir. Il me paraît évident, au vu de mes grandioses capacités, que je suis la seule d’Ellipse à pouvoir invoquer tout le monde. Et c’est tout naturel. Ici à Gilnéas, ma…
- C’est ça, trancha Rekk, agacé par les soliloques de Kalishra Pierce. Aurais tu la diligence de m’aider ?
- Oui. Bien sûr.

Elle se leva au moment où Isidore amenait le service à thé.
- Posez cela ici, dit-elle, d’un ton sec. Et sortez. Merci.

Le majordome s’exécuta sans mot dire. Quelque chose dans son attitude mettait Rekk mal à l’aise. Il avait systématiquement de l’électricité statique dans la fourrure en sa présence.
Kalishra ne fut pas dupe. Elle se mit à rire, avec sincérité.

- Tu ne pensais pas une seule seconde que je pourrais faire confiance à autre chose qu’un de mes serviteurs ? dit-elle amusée. C’est un démon. Oui. Absolument.

Rekk n’aimait pas les sciences démoniaques… Mais Kalishra était experte, et malgré son arrogance et son air hautain, elle avait toujours aidé Ellipse au cours des années passées. Rekk acceptait volontiers ses sautes d’humeurs et les mettait sur le compte de son passé tumultueux.
- Le temps presse, Kali, dit le chaman en plongea ses prunelles émeraudes dans les yeux violine de la démoniste.
- Bien, bien. Mais passe leur le message avant, sinon ils risquent d’être ennuyés. Si tu vois ce que je veux dire, bien entendu, rajouta-t-elle, venimeuse. Si tu pouvais éviter de prévenir Valki…

Le rituel d’invocation était une technique de démonisme avancé, dangereuse en cas d’invocation forcée d’un être vivant, mais il n’avait plus vraiment le temps. La jeune femme s’avança d’un pas leste vers le milieu de la salle, ou siégeait un tapis viride, orné de sublimes broderies.
- Mais j’y pense, pourquoi ne pas communiquer comme tu le fais souvent grâce aux éléments. Les veilleurs t’auraient rejoint ?
- Eh bien, je suppose que les éléments sont perturbés et que les démons exercent une surveillance dessus. Tu sais bien que la culture orque leur est très familière.
- Hum.
- Et puis, cela aurait pris trop de temps pour certains de venir en Pandarie. Le temps presse. J’ai besoin de les rassembler rapidement. Le grand ursidé se laissa tomber en tailleur sur le sol et il ferma les yeux. Je vais leur envoyer un signe discret pendant ton rituel.
- Ok, dit-elle, placidement.
Chacun de leur côté, ils se mirent en action, l’un manipulant les éléments volages du Vent, l’autre appelant les sombres forces gangrenées.


******************************************


Il régnait un brouhaha innommable dans la salle circulaire du sous-sol du manoir des Pierce. Une dizaine de personnages, tous aussi différents les uns des autres entremêlaient leurs voix et les gestes, partagés entre l’agacement, la douleur, la joie et la surprise. Kalishra rayonnait de son rituel « si réussi et si classe » comme elle le répétait à qui voulait l’entendre.

Rekk se surprit à sourire malgré la gravité du moment. Il adorait ses veilleurs. Chacun avait bien des défauts mais au final, ils se réunissaient ce soir pour participer au sauvetage de leur merveilleuse contrée. Il tapa fortement ses mains et fit grésiller un arc de foudre qui fouetta avec fracas le sol devant lui. Instantanément, tous les membres de la confrérie Ellipse se turent et lui firent face.

Il laissa vagabonder son regard de l’un à l’autre. Kiwini et Terpsichore, Kaldoreis fiers et altiers, se tenaient discrètement sur la gauche, le commandant Valkiriann Kesseldorf, flanqué de la sulfureuse Sthanos les jouxtant. Ils arboraient tous un air serein, apparemment ravis d’être réunis. Assise discrètement sur un tabouret verni, la grande érédar , Adamantine Lamacier observait la scène avec sérénité. Trois guerriers recouverts d’armures rutilantes se tenaient au premier plan, chacun de leurs mouvements émettant un tintement de bataille. Yurdin Gardepierre, le nain placide, Enastya la volcanique humaine, et l’imposant Gregor attendaient patiemment l’explication de leur invocation forcée. Sur la droite, deux être aux dents acérées et au regard canin ricanaient en silence, comparant leurs trophées de chasse. Nelac et Terhun, les deux chasseurs de prime des veilleurs. Enfin, assis posément devant tous, un nain aux yeux pétillants, Jéroboam, observait les diverses pièces de valeur disséminées dans la salle rituelle.

Deux silhouettes se dessinaient derrière, timides et étonnés. Deux jeunes recrues d’Ellipse, et pourtant déjà tellement marqués par le destin. Washiva était une druidesse qui ne pouvait plus quitter sa forme animale, et Chronicals, un paladin fantasque, empli de volonté, mais qui cachait un sombre pouvoir.

Rekk se racla la gorge. Il commença de sa voix profonde et entière.

- Mes amis, nous avons connu bien des aventures, et bien des évènements nous ont laissé des plaies indélébiles. Mais c’est autour de notre destin commun de veilleurs du temps que nous avons bati notre famille et aujourd’hui, plus que jamais, j’ai besoin de vous tous. Enfin j’ai… Azeroth a besoin de vous tous.

Il était rarement aussi solennel. Un léger vibrato dans la voix trahissait son inquiétude.

- Je vous ai convoqués, reprit-il, les traits soucieux, car vous avez tous plus ou moins entendu ce qu’il s’est passé sur le rivage des iles brisées. L’Alliance a subi de lourdes pertes. La Légion ardente a gagné du terrain. Pourtant, notre destin n’est pas de les combattre.
Son auditoire eut des réactions plus ou moins prononcées. Kalishra se contentait de sourire, les Kaldoreis dressèrent l’oreille, les autres poussèrent des exclamations de surprise.

- Mais…
- Enfin !
- Nous devons les affronter !
- On risque gros !
- Et Hurlevent ?
- Et Gilnéas ?
- A quoi bon ?

Rekk leva une main et leur fit signe de se détendre.

- Je comprends votre surprise. Mais Azeroth a chuchoté à certains élus, comme les gardiens du temps, ou Magni, le roi des nains…
- MAGNI ? vociféra Jéroboam, BARBE DE BRONZE ?
- Oui Jéro, lui-même, répondit placidement Rekk. Il est à Ulduar. Mais là n’est pas la question. Il reprit son discours. Nous devons comprendre ce qu’il se passe sur les îles, en parallèle des actions héroiques des deux factions. Ils sont assez nombreux pour contenir les démons. Il y a bien plus grave derrière.

Les veilleurs étaient tous suspendus à ses lèvres. Ils savaient bien que Rekk n’était pas du genre à bonimenter.

- Mais c’est fantastique, je vais pouvoir montrer les fruits de mon entrainement ! s’enthousiasma Chronicals .
- Oui et te faire couper en deux, rétorqua Washiva.
- Ou mieux servir de pature à mes démons, susurra Kalishra, fortement interessée par la jeunesse du paladin.
- Il suffit, tonna Rekk. Concentrez-vous un peu.

Une fois le calme revenu, il reprit doucement.

- Je vous donnerais les détails plus tard. Mais voici ce que nous allons faire.
Tout d’abord, Kiwini, Terpsi, vous allez partir pour la région de Val’sharah. Vous y retrouverez notamment Malfurion, car l’arbre Shaldrassil est malade. La corruption s’épand depuis plusieurs semaines. Vous devez ramener toutes les infos que vous y trouverez. Qui en est la cause, ou quoi.
Les deux elfes de la nuit se raidirent. Mais ils ne prononcèrent pas un mot.

- Ensuite, Sthanos et Valkiriann, vous emmènerez Chronicals avec vous. Au cœur d’Haut-Roc, se trouvent les réponses sur la guerre des Anciens. Et sur la raison pour laquelle les Bien-nés ont voulu à l’époque convoquer Sargeras sur Azeroth. Quelque chose les y a poussés. C’est là-bas que Neltharion a sombré dans la folie.
Les paladins hochèrent la tête.
- Enastya, Gregor et Amur, vous irez découvrir pourquoi le gardien Odyn , lui aussi, a subitement perdu la tête. Les Salles des Valeureux cachent bien des secrets. Ramenez ses disques du savoir ! Direction Tornheim.
Amur et Enastya s’inclinèrent. Gregor ronchonna un instant, puis sourit.
- Du moment que je me bats, ça me va ! ricana-t-il ! Haut-Val-Heim, c’est moi que v’laaaaa !
- Enfin, toussota Rekk, j’irai avec Adamantine en Azsuna. Nous sommes certains que la source de la corruption démoniaque se trouve là-bas. Nous ramènerons la solution !
Kalishra parut scandalisée.

- Et moi ? lança-t-elle. Je ne compte plus ?
- J’y viens, voyons, la calma le Pandaren. Kalishra, tu es notre démoniste. Tu infiltreras Suramar, et tu rapporteras toutes tes constatations. Les Sacrenuits ont perdu la tête, mais c’est périlleux. Fonds-toi parmi les démons et sois discrète.
- Bien évidemment, fit-elle, rayonnante.

Les worgens grognèrent. Rekk se tourna vers eux, en souriant.
- Vous surveillerez TOUTES les actions de la Horde. Et tuez le plus de démons possible.
- Entendu , répondirent-ils d’une même voix.
Ils parlementèrent quelque peu, puis d’un seul et unique mouvement ils quittèrent la maison. Rekk soupira. Il se demandait s’il ne les avait pas envoyés en mission suicide. Mais Cho et Chromie avaient été clairs. Washiva miaula doucement, et posa sa patte sur Rekk.
- Ne t’inquiètes pas, tout ira bien, dit-elle, avec douceur. Je suis sûre que tu peux compter sur eux.
- Je ne peux pas m’empêcher de m’inquiéter tu le sais bien…
Une voix à l’accent prononcé le força à quitter sa rêverie.
- Jvais pas compter les sous de la banque de guilde moi non ?
- Jéro… Non je ne t’ai pas oublié. Mais , pour le moment tu dois rester tranquille…
- Oh… fit-il avec une pointe de déception dans la voix. Je suppose que tu as tes raisons.


Rekk regarda Adamantine, et avec un sourire, il lui fit signe de le suivre. Elle se leva sans mot dire, un simple regard suffisait.


A suivre








___________________________
Un jour j'ai commis l'erreur de dire : "Je mets beaucoup trop de choses dans ma bouche".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le rassemblement - Première partie -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» résumé général de la première partie
» Date pour la première partie de blood lust.
» Première partie, première fessée
» [700pts] Dark Eldar, première partie
» [JDR] quelques questions après première partie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ellipse - Les oubliés du temps :: Les intérieurs de la masure de confrérie :: LEGION - L'Aventure ELLIPSE :: Le Rassemblement-
Sauter vers: